La Maternité, vous y pensé ??? # Part 6 (dernière partie)

Nous sommes le 18 décembre 2015, voilà deux semaines que je suis sur un petit nuage, pour moi ce début de grossesse est un rêve éveillé.

Comme prévu deux semaines auparavant, je me rends donc à ma visite de contrôle chez ma gynécologue. Il est vrai que depuis quelques jours je me sens différente, je ne sais pas comme des sensations différentes en moi… Est-ce qu’il s’agissait d’une mise en garde ? Personne ne le saura vraiment.

J’arrive donc dans le cabinet de ma Doctoresse et comme d’habitude je patiente, patiente et patiente encore plus que d’habitude, 1h30 environ. Très naïvement j’étais beaucoup moins stressée que pour ma précédente visite car je m’étais accoutumée à cette nouvelle et à l’idée de devenir enfin maman pour début août 2016.

Lorsque je rentre enfin dans la salle de consultation, je montre dans un premier temps à mon médecin l’ensemble de mes analyses (je vous avez parlé des prises de sang interminables de début de grossesse). Elle m’explique donc que je ne suis pas immunisée contre la toxoplasmose et me donne les précautions à suivre pour le reste de ma grossesse (intérieurement j’étais malgré tout ravie car pendant neuf mois je ne pourrais plus touchée aux litières des chats, enfin c’est ce que je pensais…).

Arrive, le moment de l’examen, re-prise de poids, re-tension et j’en passe jusqu’à l’échographie vaginale. Dans un premier temps elle essaye de faire un écho dite standard bien que optimiste l’embryon ne devant mesurer que 15 ou 17 mm, en effet elle ne voit pas grand chose. Donc place à l’échographie vaginale… Je remarque tout de suite que ce petit embryon est déjà formé, je vois sa petite tête, ses tout petits bras et ses petits pieds (c’est complètement fou)… Par réflexe je dis de suite ah mais qu’est-ce qu’il a bien poussé. Par la suite je constate que ma Gynécologue est perplexe, je ne comprends pas de suite pourquoi finalement. Au bout de quelques minutes, elle me dit avec une grande délicatesse (avec des mots tendres et vraiment simples) qu’elle n’arrive pas à entendre son rythme cardiaque.

Malheureusement l’examen se termine de façon très amer, eh oui je connais les conséquences de l’absence de rythme cardiaque et je sais que si on ne détecte rien dans quelques jours on va m’annoncer que malheureusement j’ai fait une fausse couche et que mon petit bébé ne se développe plus. Ma gynécologue sachant que je suis assez lucide sur la chose me redonne un rendez-vous pour le lundi qui suit afin que nous fassions un contrôle et elle m’explique avec des mots simples mais pénibles qu’il y a très peu d’espoir.

Je sors du cabinet complètement sonnée et dans un état second. J’envoie de suite un sms à mon Chéri pour lui expliquer la situation ainsi que l’ensemble des épreuves qui vont suivre. Il décide de suite de m’accompagner dès le lundi pour mon rendez-vous. Malheureusement après un week-end d’angoisse et de pleure mon rendez-vous du lundi n’a fait que confirmer ce que nous savions déjà.

Mon médecin me rédige un courrier afin que je me rende aux urgences le plus près de chez moi afin que l’on procède à un curetage étant donné la taille de l’embryon car elle pense qu’une fausse couche spontanée serait plus ou moins risquée. Nous nous rendons immédiatement aux urgences de Montfermeil et c’est à partir de là que commence ce parcours du combattant. Une gynécologue des urgences m’examine et me fait très mal, en plus de ça elle est très froide et vraiment hautaine… elle me dit bah de toute façon faut revenir dans une semaine et si c’est toujours pareil on vous prescrira des médicaments (ma pauvre fille tu vas rester avec ton embryon mort dans le bide et démerde toi, excusez-moi je suis un peu crue mais malheureusement ils m’ont traité comme du bétail). Je sors de cette consultation en larmes, j’étais déjà au bout du rouleau… Mon mari est choqué et ne sais que me conseillé.

Après une nuit blanche je décide sur un coup de tête de me rendre aux urgences de Montreuil (j’ai cherché toute la nuit un hosto compétent). Je m’y suis rendue seule et en larmes et j’y ai trouvé un tas de réponses… pas toutes les réponses que j’aurais souhaité mais des explications tout du moins. Je me fais examinée par un gynécologue très compétent et qui me rassure et qui m’explique la démarche que je vais devoir suivre et je vous avoue qu’à quelques jours de Noël j’avais vraiment besoin de soutien. Il m’explique qu’effectivement les hôpitaux sont tellement engorgé que dans mon cas ils préconisaient à toutes leurs patientes la prise de médicaments afin de faciliter la fausse couche à domicile. Il m’explique également et ce très honnêtement qu’étant donné la taille de l’embryon il se peut que cela ne fonctionne pas du tout, mais qu’il est malheureusement obligé de le faire.

En accord avec les médecins nous décidons que cette prise de médicaments aurait lieu le 26 et 27 décembre 2015 et que je dois  de nouveau me rendre aux urgences afin d’effectuer une échographie de contrôle aux environ du 1er/2 janvier 2016.

Je suis scrupuleusement les instructions portées sur l’ordonnance et bien que je sois chez mon père pour fêter Noël je décide de commencer ce traitement. Je ne vous cache pas que cela à été très douloureux physiquement… Des douleurs atroces aux ovaires pendant 48h et aucune fausse couche à l’horizon… Je prends sur moi surtout parce que je veux passer les fêtes avec ma Grand-Mère et que je ne souhaite pas lui raconter tout ceci.

Nous rentrons à Paris le 27 décembre et rien à changé… La semaine suivante j’essaye de reprendre le cours de ma vie et je prépare le réveillon du jour de l’an qui doit avoir lieu chez nous avec ma belle famille. D’ailleurs ce réveillon m’a permis de m’évader et de penser à autre chose. Le 2 janvier 2016 avec mon amoureux nous retournons aux urgences pour cette fameuse écho, on me confirme qu’il est malheureusement toujours là et à cet instant précis que je m’effondre totalement et j’explique que je n’en peux plus et que je trouve totalement inhumain de me laisser comme ça alors que je n’ai plus aucun espoir, je vais même jusqu’à leur dire que je suis certaine que si j’avais souhaiter un avortement les choses se seraient passées plus vite… Ni une ni deux, on me programme le curetage pour le 5 janvier 2016. Je suis enfin soulagée mais pour une courte durée (hélas).

J’attends donc le 5 janvier avec impatience afin que ce mauvais rêve s’arrête enfin, les quelques jours me séparant de cette date sont interminables… Le 4 janvier au matin je me réveil avec des contractions à 6h30, je comprends de suite que la nature a très vite décidée qu’elle n’attendrait pas jusqu’au lendemain. J’ai vécu le jour le plus long de ma vie et le plus pénible je pense.

Toute la journée les contractions étaient espacées d’environ 30 minutes. En début de soirée les choses s’accélèrent et l’enfer devient interminable… j’ai une hémorragie qui ne se calme pas, je ne tiens plus debout et je sais que rien est terminé… Après m’avoir récupéré dans les toilettes, dans la baignoire et j’en passe, mon Mari décide de contacter les pompiers. Je me retrouve de nouveau à Montfermeil (quel horreur), là on me libère de mon calvaire (je ne détaillerais pas ici), mais après avoir perdu des litres de sang on me laisse rentrer chez moi…

Certes, le mauvais rêve s’est terminé la nuit du 4 au 5 janvier 2016, cependant je reste perplexe quant au déroulement des choses. On a refusé de me garder en observation ne serait-ce qu’une seule nuit alors que j’étais complètement anémiée et que je ne tenais pas sur mes jambes. J’ai mis près de trois semaines avant de pouvoir remettre le nez dehors.

Aujourd’hui, je ne garde pas un souvenir si négatif de cette expérience, elle m’a fait grandir et m’a fait comprendre quelles étaient mes envies. Eh oui, je souhaite plus que tout devenir Maman et je me bats chaque jour pour ça (cette envie est plus forte que tout). Cette expérience a également renforcé mon couple…. Alors oui j’ai souffert, oui parfois je suis encore triste et j’en porte des séquelles mais je ne regrette rien !!!!

Les filles n’ayez pas peur de tenter cette expérience vraiment… Moi je continue le combat 🙂

Mon combat et mon acharnement feront l’objet d’une nouvelle série d’articles 😉

Alors le bébé ???

Alors le bébé ???

Publicités
Cet article a été publié dans Aventures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s